Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2015

La vie cachée des arbres

DSC05350.JPG

 

 

"Dans une certaine tribu d’Afrique on ne célèbre pas l’anniversaire de l’enfant le jour où il est né mais le jour ou la mère est partie seule en forêt, s’est assise sous un arbre, a eu le goût d’avoir un enfant et a inventé une chanson pour le bébé qu’elle voulait avoir. Elle est ensuite revenue au village, a fait l’amour avec son homme et lui a chanté la chanson de l’enfant. À la naissance, la sage-femme qui a appris la chanson accueille le bébé qui apparaît dans ce monde-ci avec sa musique. Et ainsi, à toutes les étapes importantes de la vie de l’enfant, son initiation, son mariage, etc., on entonnera sa chanson. Jusqu’au jour de sa mort. Tout le village se réunit et lui chante sa chanson". (1)

Magnifique rituel, n'est-il pas, qui dit que nous serions tous accueillis par un chant ? (Que nous avons perdu pour ce qui nous concerne et qu'il nous revient de retrouver). Il est dit dans l'histoire que c'est dans la forêt, au pied d'un arbre, que la future mère vient chercher le chant. Est-ce elle qui le trouve ou l'arbre qui le lui souffle ?

Les arbres sont des maîtres, tout autant que nos frères. Nous avons en commun la verticalité tout autant que, comme eux, nous avons le besoin de nous ancrer tout en nous laissant ensemencer par le vent. Nous avons tout autant besoin de vivre dans les profondeurs de la psyché que dans les éblouissements du ciel.

Les arbres nous parlent du plus profond de la terre et du plus haut de l'azur. Du plus près sous nos pieds à l'infini du monde. L’être humain deviendra homme le jour où il saura s'inspirer des arbres pour naître à lui-même et développer avec le monde un véritable échange.

J'ai déjà tant écrit sur les arbres, fait un spectacle, puis écrit un livre (2). Ils sont pour moi des divinités protectrices, un totem, que je fréquente autant qu'il m'est possible. Ils me parlent dans le chant entêté de la Voie du tambour.

Ce qui est extraordinaire, c'est que vivant de -et près de- l'arbre depuis la nuit des temps, l'homme le connaisse si mal. Il s'est donné la peine d'aller jusqu'à la lune, et même plus loin encore, sans prendre celle de vraiment comprendre comment fonctionne un arbre.

Ainsi, une des découvertes les plus incroyables ne date que de... 1997 ! Il s'agit des échanges entre les arbres et certains champignons souterrains prenant la forme de longs filaments dénommés le mycélium. Les arbres et les plantes les fournissent en sucre grâce à la photosynthèse, et les champignons les abreuvent d'eau, de phosphore et d'autres minéraux puisés dans le sol. Parce qu'il y a en fait deux sortes de racines : les grosses racines dites d'ancrage et les racines plus fines, reliées à ces champignons dans le mystère de l'invisible du sous-sol. Si les grosses racines sont de la matière « morte » comme les fibres ligneuse du tronc et des branches ; les autres racines, elles, se renouvellent sans cesse, développant un réseau de plus en plus large et complexe (une sorte de pied de nez, au passage, à tous les tenants de nos soi-disant racines culturelles supposées immuables. Si l’arbre, comme nous, a besoin d'être ancré, ce qui le nourrit se renouvelle sans cesse ! Dont acte...)

Arbres et champignons donc, une collaboration parfaite, mais aussi un réseau extraordinaire, une sorte d'internet de la forêt... On estime que dans une forêt ancienne et intacte, sous chacun de nos pas se trouvent 500 kilomètres de ces filaments fongiques ! Mais ce n'est pas tout : grâce à ce fabuleux réseau, les arbres sont reliés entre eux et peuvent ainsi s'entraider, s'apportant mutuellement les nutriments dont ils pourraient avoir besoin (ainsi a t-on découvert qu'ils nourrissaient plus particulièrement -mais pas uniquement- leurs descendants). De la vie sociale des arbres... Avant l'homme et sa civilisation faites de villes et de routes, des continents entiers étaient reliés souterrainement sur la totalité de leurs sous-sols (3)....

Et vois-tu, ce qui me vient, c'est que si toute forêt est un immense écosystème relié, d'une complexité que nous soupçonnons à peine (la forêt c'est aussi des milliards de bactéries par exemple) ; il me plaît de penser qu'il en va des arbres comme des hommes. Nous sommes tous reliés par une sorte de conscience universelle qui nous baigne, par des milliards de fils invisibles qui se jouent du temps et des distances. Nous sommes littéralement irrigués de milliards d'informations que nous ne soupçonnons pas ! (La physique quantique commence à mettre des mots sur tout cela (4)).

Il en va de notre conception du monde comme de celle des arbres. Il y a ce que nos sens voient, et puis ce qui ne nous est pas accessible. Et c'est cet invisible à nos sens qui nous nourrit et nous abreuve ; à notre insu. Et pour comprendre cet inconnu, il y a deux voies possibles : la voie objective (représentée par exemple par la science), et la voie de l'expérimentation directe (représentée par exemple par la Voie du tambour). Et j'aime à penser que c'est dans cette approche mixte, cette voie du milieu, que nous parviendrons à trouver de belles vérités et compréhensions à partager, tant il paraît urgent de reconnecter nos liens avec le vivant... 

(1) : Emprunté à Paule Lebrun

(2) : Le Rêve de l'Arbre

(3) : ces éléments sont inspirés par un livre fondateur et fondamental ; « le Vivant comme modèle – La voie du biomimétisme » de Gauthier Chapelle chez Albin Michel. Un livre que je t'encourage vraiment à lire et qui fut pour moi une révélation. Presque l'entrée dans un nouveau paradigme.

(4) : à ce sujet, il est aussi possible de relire un texte de ce blog qui date de 2012. Tu le trouveras ici :

http://lhommeauboisdormant.blogspirit.com/tag/filet+d'indra 

Commentaires

Oui, tout est lié et tout communique dans l'immense toile de vie qui nous entoure...les fils invisibles sont partout...

Ce que tu dis me fait penser aussi à la fin de cet article :
http://grandsreves1234.blogspot.fr/2015/02/sinuosites-du-devenir-humain-et.html

Merci pour tes textes toujours si bien écrits, si sincères et si profonds...
Et belle année 2016 !

Écrit par : La Licorne | 02/01/2016

Les commentaires sont fermés.