Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2014

Du fin fond de l'enfer, je vous écris...

Pierre soulages.jpg

Peinture : Pierre Soulages 

 

Ainsi donc, mon amour, ma joie, m'a quitté. Elle est partie dans les terres lointaines des amoureux qui ne vous aiment plus.

Cela a été dit et fait dans la maison où nous devions, ensemble, partager notre vie et nos vieux jours. Cela a été fait sans précaution, sans douceur, sans préparation. Quinze minutes de 12 h à 12 h 15 le lundi 11 août 2014 très exactement, comme une extraction dentaire sans anesthésie.

Ceux qui savent à quel endroit et avec qui ils vont vieillir et mourir ont une force que les autres n'ont pas, et j'ai perdu les deux.

Ainsi, cette histoire qui fut si belle, si haute, si inspirée et inspirante, si confiante et si joyeuse, se termine comme une banale bluette adolescente, sans que j'en comprenne pour l'heure les tenants et aboutissants, et sans qu'aucune chance ne lui soit accordée.

L'amour est une force qui nous traverse dont nous ne percevons qu'une infime partie, et même de cette infime partie nous nous en montrons indignes.

Ce que je pense de cette décision restera personnel et ne mérite pas d'être partagé ici. Juste dire que tout en en acceptant ma part de responsabilité, je tombe de très haut. Pour le reste, je n'ai pas à parler en son nom.

Un des soirs suivant l'éviction, je dînais avec des amis très chers qui auraient du devenir mes voisins. De la terrasse où nous étions je voyais le haut de ce qui aurait du être notre maison et qui restera la sienne à jamais. J'ai alors senti la maison menaçante, comme si, prise d'une brutale colère elle m'en avait expulsé.

Il me reste une vie à (re)construire, une foi à retrouver, et pour l'heure, des émotions insoutenables ; mais cela n'a rien d'original. Les souffrances causées par les ruptures amoureuses sont toujours proportionnelles à la hauteur à laquelle l'amour nous a porté et à la soudaineté intransigeante, imprévue et imprévisible, de la rupture.

Je suis en cendres, et j'essaie de croire que je le suis pour renaître à un autre moi-même. Cette épreuve est une véritable œuvre au noir, une traversée d'une aridité absolue. Je sais maintenant de quoi parle « L'Arcane sans nom » dans le Tarot. Je sais aussi ce que fut l'exil forcé de l'Eden. J'essaie de croire que certains anges ne peuvent se manifester qu'après l'obscurité la plus absolue de l'âme.

Je vous souhaite d'être heureux et aimés, et vous demande, surtout, de tout faire pour ne pas vous faire de mal.

PS : Merci de ne pas faire de commentaires personnels sur ce blog et d'utiliser les mails.

RePS : merci de tout cœur à tous les amis et familles qui m'ont soutenu avec tendresse et bienveillance toute cette première semaine et qui continuent de le faire.

ReRePS : Entre autres choses, je recherche aussi à louer de toute urgence un studio, ou petit 2 pièces, sur un axe approximatif Fontainebleau / Paris ; dans les 500 €. Ce peut être un lieu atypique : il faut que je puisse y battre le tambour pour les consultations de « Tarot Chamanique » que je lance à la rentrée. N'ayant plus rien, il me faut tout acquérir : machine à laver, frigo, cuisinière, télé, lit... Pensez à moi si vous avez du surplus...

Commentaires

Si entre Fontainebleau et Paris il y a du grand sud je pourrais te propser un logement...
Je n'ai jamais réussi à t'envoyer un mail...

Le 11 aout une date qui ne s'oubliera pas : un ami très cher s'en est allé, de l'autre coté.

Pensées pour toi...

Écrit par : Petite Voix | 18/08/2014

Les commentaires sont fermés.