Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2014

La conspiration des murmures

dino valls.jpg

Peinture Dino Valls

 

En fait, la Vie ne cesse de nous enseigner et de nous envoyer des signes pour nous guider. Toutefois, elle le fait avec son langage que nous connaissons mal, peu, ou pas du tout, transformant notre parcours terrestre en énigme, alors qu'il ne devrait être qu'un enchantement.

Le langage qu'elle utilise est celui des synchronicités, des rêves, des conjonctures étranges, des répétitions scénaristiques jusqu'à ce que l'on ait compris. J'aime cette figure du "messager", comme vecteur de ce qui nous parvient, au point d'en avoir fait un spectacle de conte qui, pour être franc, n'a pas intéressé grand monde jusqu'à ce jour...

C'est ainsi : la psyché humaine parle le langage des symboles et des rituels ; la Vie, celui des rêves et des synchronicités ; et l'homme est un être de paroles. Or, ni la Vie, ni la psyché n'ont fait de la Parole leur vecteur d'expression principale -quoiqu'en dise certains psychanalystes... Et crois-moi, c'est un conteur qui dit ça, soit quelqu'un qui a érigé la Parole au point de la presque sacraliser (ce qui me fait penser que pour un conteur ou une conteuse, devenir au sens propre un homme ou une femme de Parole -au sens littéral du terme- devrait être un but en soi !)

Entendons-nous bien : il n'y a pas un langage supérieur par essence à un autre ; il y a juste des compréhensions à faire en parvenant à comprendre le langage de ce qui "nous parle". Ainsi l'être humain est un polyglotte par absolue nécessité. Outre les langues humaines, il se doit d'apprendre entre autre (ainsi un jour apprendrai-je le langage du corps...) le langage de son inconscient et celui de la Vie qui l'enseigne...

Et c'est difficile, ingrat et épuisant. Ainsi, je finis par me convaincre qu'une bonne part de notre fatigue psychique et même parfois physique, est la conséquence d'un effort de compréhension impuissant. Nous percevons que la Vie veut nous dire quelque chose, confusément, obscurément, mais la compréhension ne parvient pas à notre conscience. Que nous comprenions enfin, et alors il est incroyable de constater à quel point tout devient limpide, léger et fluide...

Je crois qu'une bonne part de ma vie aura été, est et sera consacré à cet apprentissage-là. Certains signes (tiens j'avais saisi "singes" : étrange...) sont évidents.

Ainsi, y a t-il quelques jours, je reçoit un mail dans laquelle son expéditrice incitait à s'interroger sur la distinction entre les personnages et les rôles que nous "jouons". Je referme le mail, m'interrogeant sur la question, me retrouve sur Facebook et lit, dans une réponse fulgurante et immédiate une citation de Trogyam Trungpa disant : "En réalité, on s’acharne à devenir une parfait acteur plutôt que quelqu’un de vrai". Juste dans les secondes suivant la première lecture du mail...

Ou bien alors, la fait qu'un de mes cadeaux de noël soit un nouveau berimbau (que je m'en vais acquérir aujourd'hui-même), et que deux jours avant cet achat, je reçoive un des rares mails de l'homme qui m'a appris à en jouer, et qu'au hasard toujours de Facebook, un ami partage deux vidéos que je ne connaissais pas d'un des plus grands joueurs de berimbau qui soit... (Nana Vasconcellos, je mets un lien à la fin pour les curieux).

Certes, on peut faire le choix de ne rien voir de ces signes, mais alors quelle pauvreté... Comme une boite à musique qui tournerait à vide sans produire aucun son !

Parfois, les signes sont plus énigmatiques. Comme ce rêve avant hier au cours duquel je quittais une conférence très sérieuse dans un quartier de banlieue pour aller nager un incroyable et puissant dos crawlé dans une Seine à l'eau pure, accompagné d'un animal à la nage fluide et inépuisable (je ne me rappelle malheureusement pas quel était cet animal). Rêve suivi d'un autre la nuit suivante, au cours duquel, je faisais le ménage dans toute les maisons et appartements d'une même rue...

Une façon de me dire de reprendre la natation ? De m'inciter à nettoyer et purifier ? De me recentrer sur le corps en quittant un peu l'intellect ? De faire table rase de diverses choses ? Je ne sais, mais me tiens à l'affût comme un chasseur pacifique guettant les signes, débusquant les coïncidences, tous les sens en éveil.

La Vie est un murmure incessant qui nous en dit bien plus que ce que nous croyons. Caché derrière le mur de nos évitements et de nos incompréhensions, attend une abondance qui n'est pas tant une abondance matérielle qu'une abondance de sens qu'il nous convient d'aller puiser. Nous, sublimes et ridicules puisatiers portant jusqu'à l'épuisement nos pauvres seaux troués...

 

Commentaires

Je lis, je comprends et J'adhère. Évidemment qu'il existe un langage secret entre nous et la vie. Il n'est pas de syntaxe et de grammaire mais de ressentis et de signes. Pour le comprendre point n'est besoin d'oreille, la disponibilité suffit.

Écrit par : Bérangère | 08/01/2014

Juste en passant: le fait de très bien nager signifie, habituellement (car ce peut être aussi autre chose), le fait d'avancer avec aisance, de progresser...dans le domaine émotionnel ou sentimental (eau).
En tout cas, c'est ce que j'ai pu constater dans mes propres rêves...

Quant au "grand ménage", c'est en général l'occasion ou le moment de se débarrasser de certains comportements, habitudes (ou mêmes relations) , qui n'ont plus "rien à faire" dans notre vie, qui appartiennent au passé...et qui nous encombrent.

Cela fait des années que je m'intéresse, comme toi, aux synchronicités...je dois dire que ces derniers mois, elles sont parfois si nombreuses qu'elles ne me surprennent presque plus...
Une sorte d'avalanche ! :-))

Écrit par : La Licorne | 13/01/2014

Les commentaires sont fermés.