Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2013

Open

DSC03299.JPG

 

Maintenant, toi comme moi, le savons : si nos vies sont parfois plates et sans saveur, il existe des périodes où ; choses, êtres et événements semblent reliés d’une manière qui échappe à tout raisonnement et qui font qu’alors nos vies chantent.

Lorsque nous y sommes, il convient que nous soyons attentifs à tout et à ne pas en rater une miette…

Ainsi, hier matin quand en guise de tirage du Tarot sont apparus l’Arcane sans Nom suivi du Mat. Dans mon aventure personnelle, c’est un duo qui apparait ensemble, je l’ai pris comme une injonction puissante à me dire que ce jour ne serait pas comme les autres et qu’il convenait d’être à la hauteur de ce tirage (d’autant que les jours précédents avaient été du même tonneau).

J’ai donc illico presto posé un après-midi de manière impromptu. Il faisait beau, j’avais reçu des choses très puissantes pendant le weekend et j’avais besoin de réfléchir à tout ça. Paris, un café au pied de la tour Saint Jacques, quelques déambulations, la reprise de mes notes de stages du weekend et soudain, comme une évidence devant laquelle il convenait de ne pas se dérober, un commandement : « Lance (« enfin ! », ajouterais-je…) ton activité de tarologue !

« Parce que bon, toi et ton problème de légitimité permanente, cela commence à bien faire… Tu sais que tu as toutes les autorisations possibles maintenant, alors vas-y ! »

Là-dessus, je rentre à la maison, prépare textes et documents comme il se doit, la vie qui passe et puis la nuit. Et dans cette nuit : un rêve.

Je vais donc encore te parler de mes rêves. Je n’en parle pas souvent, mais là, ça s’impose (Et je t’en raconterai un autre pas piqué des hannetons à la fin de ce texte). Il faut dire aussi qu’une femme pour laquelle j’ai beaucoup d’estime m’a qualifié l’autre jour de « rêveur-guérisseur » ce qui dans un premier temps me flatte, dans un deuxième m’émeut, et dans un troisième me dit que lorsque l’on a une mission, il serait bien de ne pas s’y dérober plus que ça…

Donc, ce rêve. J’étais dans une grande salle, de type colloque ou séminaire avec beaucoup de monde. A un moment tout le monde s’en va, sauf un homme qui semble être l’intervenant –grand, brun portant lunettes- et qui me demande abrupt :

- Alors, cette activité de tarologue, vous souhaitez l’aborder en jouant au tarologue, ou bien alors en empruntant la voie du Grand Rêve du Tarot ? (C’est moi qui ajoute les majuscules.) 

- En empruntant la Voie du Grand Rêve du Tarot ! Lui répondis-je, sincère et convaincu.

Tu auras compris n’est-ce pas la nuance entre les deux ; qui est la même que celle existant entre un artiste juste et sincère et un artiste jouant à être artiste, interprétant un personnage servant son égo plutôt que l’œuvre qu’il transmet. Un peu comme cette nuance consistant à différencier le fait de servir et de se servir…

Mine de rien, ce rêve me rappelait à l’ordre tout en ajoutant une autorisation supplémentaire et je l’ai reçu très profondément. Y compris quand au réveil, dans le tirage de ce matin-là sont apparues la Roue de Fortune, puis La Lune. La puissance du rêve et de l’intuition faisant tourner la manivelle de la Vie… Une raison de plus, de me convaincre que tout cela était juste.

Et puis maintenant, il faut que je te raconte comment parfois la puissance des rêves répare ce que nous laissons s’abimer dans nos vies.

Il faut d’abord que je te dise que ces derniers temps, j’étais particulièrement remonté contre deux femmes (je n’en dirais pas plus pour que personne ne puisse faire de suppositions…). Et je trouvais que cette colère que j’avais contre elles –bien que justifiée sur le fond- prenait une importance disproportionnée dans l’océan de mes état d’âme. Jusqu’à ce que je comprenne que j’avais déplacé sur elles une colère résiduelle en moi, que j’ai initialement contre mon père avec lequel je suis en train d’entreprendre un processus de pardon et d’amour au-delà même de la mort… Et qui rend du coup impossible toute colère contre lui…

Cela dit, voici le rêve en question. Figure-toi que j’ai rêvé que je faisais l’amour (successivement, il faut savoir être raisonnable en tout...) aux deux femmes en question ! O ! Ne vas pas imaginer des choses. Ni avant, ni après je n’ai jamais eu la moindre attirance physique pour ces femmes, pas plus que le moindre fantasme ! A un moment même, je questionnais l’une d’elles étonné de son désir pour moi alors que je croyais qu’elle ne pouvait pas me sacquer.

- Mais non, au contraire, me répondait-elle joignant le geste à la parole, je t’apprécie énormément !

Et bien, tu veux que je te dise ? Au moment du réveil et depuis ce rêve, je n’ai plus aucune colère contre ces femmes ! Comment en vouloir à quelqu’un avec lequel tu as passé une partie de ta nuit à faire l’amour ?

Au-delà de la joyeuse gaudriole de la chose, il y a là quelque chose de très important : c’est que grâce à ce rêve, je me suis nettoyé de ma colère. C’est-à-dire que ce rêve a fonctionné comme un outil psychique incroyablement puissant pour réparer ce que la colère abîmait en moi et remettre ces relations et nos différents à leur juste place.

Quand je te dis, que parfois la Vie danse… Même si c'est de la plus étonnante façon !

Commentaires

Magnifique ! La conjonction des contraires, l'amour est l'ombre du pouvoir et le pouvoir l'ombre de l'amour, une des images face de biquette du jour :)

Quand ce sera juste pour vous, je m'inscris sur la longue liste des consultants pour un travail de tarot avec vous. Cela me taraude (!) depuis un moment...

Bonne danse !

Écrit par : Frédérique | 09/10/2013

... et la reférence à Verne ??....

Écrit par : mabes | 09/10/2013

Frédérique : avec plaisir pour la consultation !
Mabes : en fait il n'y a pas de rapport avec le texte. Le livre est cadeau que j'ai reçu (avec la sauge) ce weekend de manière très imprévue, dans le cadre de stages auxquels je participe en ce moment et qui sont pour beaucoup dans le contenu de mes textes récents. J'ai beaucoup lu Jules Verne enfant dans cette collection...

Écrit par : lhommeauboisdormant | 09/10/2013

!!!
Je connais bien les rêves et leurs mystères...mais là, c'est assez fort !
Des synchronicités en pagaille...On dirait bien que, quand on est "ouvert" à quelque chose, tout se précipite...

Au fait : faire l'amour, en rêve, avec quelqu'un dont on n'est pas "amoureux" dans la vie...signifie souvent se réconcilier avec une partie de soi-même qu'on n'aime pas ...
Est-ce que ta colère ne portait pas "aussi" sur une facette qui appartient à ton père, à ces dames...et à toi ?
(pas obligé de répondre, bien sûr...c'est juste une suggestion).

Écrit par : La Licorne | 12/10/2013

Pas faux, la Licorne ; pas faux...

Écrit par : lhommeauboisdormant | 13/10/2013

Les commentaires sont fermés.