Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2013

Réinventer les prières

le rêve de Joachim Giotto.jpg

Giotto : Le Rêve de Joachim

 

A force d’ânonner sans conviction les mêmes prières depuis des siècles, celles-ci se sont vidé de leur substance. Elles expriment pourtant souvent des choses très belles un peu délaissées, comme la gratitude, le remerciement, l’émerveillement, l'amour… Mais dans un monde désenchanté elles ne sont devenues que mots appris par cœur, paroles répétées sans foi, outils d’obéissance, alors qu’elles devraient être de magnifiques portes vers le ciel.

Tout ça pour dire que dans un livre de Maud Séjournant (qu’il faut décidemment lire absolument !) :« La Spirale Initiatique » (Albin Michel), j’ai lu hier une bien curieuse chose.

Un érudit américain du nom de Neil Douglas-Klotz, s’est occupé de retrouver les textes araméens à l’origine de la version grecque de la Bible, version qui fut ensuite la source des traductions en langue moderne (si ce fait t’avait échappé, et si j’ai bien compris, la Bible fut d’abord écrite en hébreu, puis traduite en araméen qui était la langue de l’époque dans cette région du monde, et entre autre –plus tard- celle de Jésus ; puis traduite en grec, puis en latin, puis dans les langues modernes. Les principales versions de la Bible que nous connaissons, sont donc des traductions de traductions, de traductions, de traductions, datant d’il y a bien longtemps…).

A la lumière de nos connaissances actuelles en hébreu (langue éminemment complexe à traduire), innombrables sont les exégèses qui reviennent sur des points de la Bible mal traduits, éclairant le texte de nouvelles compréhensions (Annick de Souzenelle, entre autre, en a beaucoup parlé).

Pourquoi les autorités vaticanes ne cherchent-elles pas à médiatiser cette réflexion et ces nouvelles traductions, voilà une question que l’on peut se poser, même si l’on a déjà une idée de la réponse…

Donc cet érudit à retrouver ces premières traductions de l’hébreu en araméen, les a traduites en anglais et les a publiées. Ses livres n’étant pas à ce jour traduits en français, Maud Séjournant propose dans son livre la traduction en français d’une des prières les plus connues : le Notre Père.

Si tu l’as oublié, cette prière consiste en ceci :

« Notre Père qui êtes aux cieux,

Que ton nom soit sanctifié,

Que ton règne vienne,

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses,

Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous soumets pas à la tentation,

Mais délivre-nous du Mal.

Amen. » 

Et en voici maintenant la version traduite directement de la traduction araméenne d’origine proposée par Neil Douglas-Klotz :

« Ô, Toi qui donnes vie, Père-Mère du Cosmos,

Dirige ta lumière à l’intérieur de nous, et rends-la utile

Pour que ton nom y vive pleinement,

Créé en nous maintenant ton règne d’unité,

Ton seul désir alors agit avec les nôtres, dans toute lumière et toutes formes.

Accorde-nous ce dont nous avons besoin chaque jour en pain et en conscience

Efface les traces que nos échecs ont créées e notre cœur

De même que nous nettoyons notre cœur du poison de la rancune.

Ne laisse pas la surface des choses nous maintenir dans l’illusion,

Mais libère-nous de ce qui nous entrave

De toi naissent toute volonté et le pouvoir d’accomplir,

Et le chant qui donne de la beauté à toute chose

Et qui à chaque instant renaît.

En toute vérité, ces paroles sont puissantes,

Qu’elles soient la terre où mes actions s’enracinent pour grandir ».

Avoue que ça change tout, n’est-ce pas ?...

Et puisque l’on est dans ce cercle-là, une autre chose intéressante.

Maud Séjournant, à un moment, parle de l’Immaculée Conception. En expliquant que le sens de cette expression n’était pas tant « née sans l’intervention biologique d’un homme », mais : « née sans aucun péché ».

Or, il se trouve qu’il est dit que Marie est née d’un couple très âgée ; sa mère avait même passé l’âge de la ménopause. Sa théorie est que, de par leur grand âge, « ses parents avaient eu le temps d’avoir fait un travail de réconciliation avec leur être profond au travers de nombreux pardons, purifications, transformations. Bref, ils s’étaient délivrés de leur ancien conditionnement et avaient retrouvé leur condition d’innocence et de pureté originales que certaines traditions appellent « l’éveil ». Donc, Marie n’a pas été élevée avec le fardeau culturel véhiculé dans l’inconscience habituelle mais avec l’amour inconditionnel de ses parents dans l’absence de notions de faute ou de honte de ce qu’elle était ; c’est cela être né sans le péché originel, c’est-à-dire sans aucun sentiment d’inadéquation de ce que l’on est… »

Je trouve pour ma part cette hypothèse très intéressante, dans la mesure où elle rejoint aussi certaines approches de la psycho généalogie. En tout cas, ça ouvre des portes…

Une précision toutefois, le livre dont je cite les extraits est un livre sur le chamanisme et plus précisément sur une tentative d’inscrire ces pratiques dans le monde occidental. Cela pour éviter toute confusion, les seules références à la religion chrétienne dans ce livre sont celles que je cite, le reste parle d’autre chose, et c’est tout autant passionnant, pour ne pas dire plus…

PS : Après avoir écrit ce texte, j’en ai, comme toujours, cherché une illustration. A savoir ce « Rêve de Joachim » de Giotto. Pour me rendre compte après que Joachim était le prénom du père de Marie, et que c'est de lui qu'il est question dans cette peinture… Ce que je ne savais pas ! Bizarre, vous avez dit bizarre ?...

Commentaires

ben voilà : merci.
jamais pu apprendre par cœur le Notre père alors que le salut à Marie coule naturellement.
Je vais de ce pas écrire cette prière que je comprend et me parle intérieurement, dans 2 jours je la sais ;-)

Écrit par : flo | 17/08/2013

Merveilleuse réinvention tellement plus accessible, tellement moins clivante.
Les anges sont parmi nous ;)

Écrit par : Frédérique | 17/08/2013

...MERCI beaucoup!...il faudrait bien que quelqu'un traduise les livres de Neil Douglas Klotz..., il doit y avoir de véritables trésors et même, peut-être une Voie à re-découvrir!...
Bien à vous. L.Phi.

Écrit par : Philippe LAURENT | 20/08/2013

Je me suis beaucoup intéressée au Notre Père...et j'ai lu quelques autres traductions, mais je ne connaissais pas celle-là, que je trouve magnifique !
Merci.

Les parents de Marie, Anne et Joachim, étaient, j'en suis persuadée, des personnes "exceptionnelles"...on trouve des choses sur eux dans les textes apocryphes (non reconnus) et dans la légende dorée...
Et j'aime tout particulièrement le tableau de Léonard De Vinci qui représente Sainte Anne, Marie et Jésus.

C'est marrant, mais j'ai beaucoup pensé à Sainte Anne la semaine dernière...ce n'est pas la première fois que nous pensons à la même chose en même temps... :-)

Écrit par : La Licorne | 27/08/2013

Les commentaires sont fermés.