Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2013

Do majeur 7

emilou harris leibowitz.jpg

Emilou Harris par Annie Leibowitz

(Je sais, j'ai déjà partagé cette photo plusieurs fois, mais c'est une de mes préférées... Et comme il y est question de guitare...)

 

J'avoue qu'un de mes plaisirs préférés est de jouer de la guitare en faisant autre chose : regarder la télé après avoir coupé le son, parlé avec des amis ou la Dame de choses quotidiennes (As-tu pensé à acheter du beurre ?) tout en laissant courir mes doigts sans y penser. Les notes qui viennent sont alors dénuées de toute volonté et c'est comme cela qu'ont surgi mes meilleures trouvailles guitaristiques. Parfois, bien sûr, c'est de la daube ou du n'importe quoi, mais parfois... En fait, tu peux retourner le truc dans tous les sens, une des rares questions qui vaillent vraiment, pour n'importe quel versant de l'activité humaine ; la spiritualité, l'amour, le bricolage, ou que sais-je encore, c'est cet équilibre à trouver entre maîtrise et lâcher prise. Trop de maîtrise, souvent, tue la spontanéité ; et le lâcher prise sans maîtrise aboutit souvent à du n'importe quoi... Tension, relâchement : tous les arts martiaux peuvent se ramener à ça, et après tout, pourquoi pas, peut-être bien que la musique est un art martial à sa manière (et d'ailleurs en écrivant cela, je me rends compte que je connais plusieurs musiciens qui en pratiquent assidument).

Toujours est-il, que l'autre jour, comme je le fais dès que je le peux, j'étais sur le canapé en train de gratouiller la guitare. La Dame lisait à côté (oui, c'est un de nos moments préférés : elle qui lit et moi qui joue), lorsque soudain sous mes doigts deux accords : ceux de la chanson "Imagine" de Lennon. Deux accords tout simples, tout cons (un do et un fa) mais venus là sans que je ne les convoque. Je fais tourner un peu, soudain concentré (tu sais "maîtrise et lâcher-prise"...) me rendant compte qu'il manque quelque chose. Jusqu'à comprendre, qu'à un moment, il suffit d'enlever un doigt avant le changement d'accord pour que d'abord il n'y ait plus deux accords, mais trois ; mais surtout que la tournerie prenne une couleur complètement différente et rejoigne l'âme de la chanson. Preque rien, juste un doigt, mais soudain, ce qui étais clos sur lui-même s'ouvrait, et une couleur émotionnelle et musicale toute nouvelle, un peu triste, un peu chantante faisait son apparition.

Un moine zen ce matin (oui, je sais c'est dimanche, mais je n'arrivais pas à dormir) était questionné sur le discernement. Il disait tout d'abord que celui-ci était le fruit d'un "décolement" entre soi et ses émotions, ses pensées, ses désirs, ses affects... Le fait de se dire "je ne suis pas que ça". De se décentrer légèrement et, dans l'assise silencieuse, les laisser passer comme des nuages dans le ciel... Il expliquait que ce simple travail, "ouvrait un espace", libérant ainsi de nouveaux possibles.

"Ouvrir un espace". Et va savoir comment, mais cette réflexion est venue se téléscoper avec ma réflexion du matin autour de ce doigt soulevé de la guitare, créant un nouvel accord intermédiaire et ouvrant ainsi un cercle qui était fermé, passant donc du cercle à la spirale et débouchant sur de nouvelles palettes d'émotion et de potentiels.

L'art "d'ouvrir les espaces", qu'ils soient intérieurs, musicaux, idéologiques, politiques ou architecturaux, devrait être enseigné dans les écoles au même titre que les mathématiques. Cela éviterait sans doute bien des extrémismes et bien des violences. Car après tout qu'est ce que la violence sinon la conséquence d'une impulsion négative tournant en rond ?

Voici donc un texte comme je les aime, passant du plaisir de glander en gratouillant, à une réflexion sur la violence, en passant par la méditation...

Et tout ça à cause d'un doigt oublié sur un manche (non, non, il n'y a pas de sous-entendu...). Un do majeur 7ème, je crois... Comme quoi, les plus grands changements reposent parfois sur une toute petite impulsion !

Allez hop : on ouvre !

Commentaires

Je souris en vous lisant ce soir Dominique, parce que "ouvrir un espace", c'est aussi le nom d’une méthode d’animation en grand groupe, Open space technology" en VO et Forum ouvert en français, et c'est plus largement la posture des facilitateurs de groupe en intelligence collective. Ouvrir et tenir l'espace ouvert pour que quelque chose de neuf puisse émerger du collectif réuni, advenir. Exactement comme vous le faites avec les sons. Délicieux.

Écrit par : Tanakia | 26/05/2013

Je ne savais pas tout cela Tanakia, mais cela me réjouit de l'apprendre ! Merci à vous donc...

Écrit par : l'homme au bois dormant | 27/05/2013

CHANSON POUR MA GUITARE


COUPLET 1
durant une grosse semaine
j’ai laissé ma guitare toute seule
d’une chambre à 4
à l’armée du salut

j’voulais d’la légèreté
ressentir mes mains nues
en marchant des centaines
de coins de rue

j’me disais veux-tu ben m’dire
à quoi ça sert de chanter en français
quand tout autour de toé
le monde ça parle en anglais

REFRAIN
on est fragile dans vie
quand on est loin
de sa meilleure amie

fragile dans vie
même si l’hiver à Toronto
c’est si joli

COUPLET 2
à matin les gardiens d’sécurité
du centre Eaton de Toronto
m’ont vu chanter

y devait être 7 heures – quart.
Ma guitare me traversait l’corps
j’avais les yeux fermés

j’ai r’cu tellement de good morning
comme si les anglais
s’étaient ennuyés

de ma guitare pis moé
de ma guitare pis moé
ou peut être juste de ma guitare comme moé

COUPLET 3
midi et quart 8 ème étage
du magasin la Baie
assis à une table
d’un restaurant vitré

j’joue d’la guitare
en face d’un édifice
avec une grosse horloge
qui m’donne la soif de vagabonder

y a tellement d’soleil s’es aiguilles
qui fait que tout c’que j’vois
c’est la beauté d’la mer
les plages de Vancouver

ma guitare pis moé pour le prochain hiver

Pierrot
vagabond céleste


Pierrot est l'auteur de l'Île de l'éternité de l'instant présent et des Chansons de Pierrot. Il fut cofondateur de la boîte à chanson Aux deux Pierrots. Il fut aussi l'un des tous premiers chansonniers du Saint-Vincent, dans le Vieux-Montréal. Pierre Rochette, poète, chansonnier et compositeur, est présentement sur la route, quelque part avec sa guitare, entre ici et ailleurs...

WWW.ENRACONTANTPIERROT.BLOGSPOT.COM
WWW.REVEURSEQUITABLES.COM

Écrit par : pierrot, vagabond des mots et des routes | 06/06/2013

En fait "d'ouverture d'espace", la vie du Pierrot en question en est un sacré exemple ! Je ne le connaissais pas et merci à vous de me l'avoir fait découvrir. Je pense que j'y reviendrai sans aucun doute dans ce blog. Admirable figure que ce Pierrot-là ! Et merveilleux concept que celui des "rêveurs équitables" !
Relisant les commentaires de cette note, je me suis rendu compte que Tanakia parlait également d'une méthode visant à développer l'intelligence collective d'un groupe, et j'ai entendu que Pierrot était diplômé en intelligence collective. Il y a comme ça des connections, des rapprochements qui m'enchantent !

Écrit par : l'homme au bois dormant | 06/06/2013

Les commentaires sont fermés.