Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2013

une histoire

Rembrandt femme qui pisse.jpg

Rembrandt : "femme pissant"

 

La Dame m'a raconté une histoire qui m'a ravi. Une histoire qui mèle allègrement couple d'ermites méditants, divinités de la nature, homme à la vue courte et femme à la vessie trop pleine (deux pléonasmes, oserais-je ?). Une histoire donc obligatoirement intéressante.

Il y avait donc un couple, homme et femme, ermites dans les montagnes, passant leur temps en méditations, prières et travaux des champs. Cela se passait dans le Japon d'antan.

Un jour, ils entendent parler d'un grand maître de passage dans la région et décident d'aller le rencontrer. Ils se mettent donc en route descendant de leur ermitage, lorsque soudain la femme se sent une pressante envie d'uriner (Là, lecteur, je dois t'avouer avoir passé un temps précieux à me demander s'il valait mieux dire "uriner" (un peu trop précieux ?), "pisser" (un peu trop vulgaire ?) ou "faire pipi" (un peu faux cul ?) sans avoir trouvé la solution...).

Elle se dirige vers un bosquet toute impatiente du soulagement, lorsque son compagnon lui dit :

- Mais qu'est-ce que tu fais ?

- Ben, j'ai envie de pisser (utilisons les  tous, ça éviter de choisir !)

- Mais ça va pas ! Il y a un kami ici !

La femme s'en va donc chercher un autre endroit, le trouve, s'apprète à soulever jupon, quand son compagnon lui dit :

- Mais qu'est-ce que tu fais ?

- Ben, j'ai envie de faire pipi, je te rappelle !

- Mais ça va pas ! Il y a un kami ici !

Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, à chaque fois la même histoire ; une divinité, selon l'homme, se cacherait à chaque endroit de plus en plus impatiemment cherché par la femme.

N'en pouvant plus, elle finit par lui demander :

- Écoute mon ami, mon lacet est défait, j'ai tellement envie de pisser que je ne peux me pencher, voudrais-tu me le refaire ?

L'homme était certes un peu obtus, mais néanmoins serviable, il se penche donc au pied de la femme pour lui refaire le lacet, lorsque, soulevant jupon, celle-ci se soulage sur sa tête !

- Mais enfin ça va pas ! Qu'est-ce que tu fais ?

- Désolée mon ami, je pisse sur ta tête ! C'est le seul endroit qui n'est pas sacré ici !

Une histoire délicieuse n'est-ce pas ? Mais je te préviens : au-delà de son amusant aspect, je réfléchis depuis plusieurs jours à sa signification profonde ; qui s'avère abyssale et très complexe. Et veux-tu que je te dise ? C'est un piège ! Parce que les considérations qu'elle implique deviennent bientôt aussi obsédantes qu'une irrépréssible envie d'uriner quand il n'y a pas un seul endroit propice à l'horizon...

12:58 Publié dans du conte | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Hi, hi...
cela me fait penser à ce que disait A.Jodorowski :

"...il n’y a pas, en soi, de textes sacrés ; le caractère sacré, c’est le lecteur qui le donne. La vérité n’est pas dans un livre, mais dans l’esprit de celui qui, s’appuyant sur le symbole, découvre dans les profondeurs de son être ce mystère essentiel qui est son vrai maître.
S’il en est ainsi, pourquoi ne pas aller chercher la sagesse dans l’art littéraire le plus humble de tous : la blague ?
Pourquoi ne pas traiter ces contes brefs comme s’ils étaient des textes initiatiques ? Ils sont anonymes, ils ont pour finalité de provoquer le rire bienfaisant, ils plongent leurs racines dans l’inconscient, recèlent un sens critique et une philosophie naturelle…"

http://www.unidivers.fr/alexandro-jodorowsky-cabaret-mystique-histoires-spirituelles/

Écrit par : La Licorne | 22/05/2013

Aaaaaaahhhh!!! Jolie anecdote, mais ce que je vais vous dire va vous ouvrir, je crois, une perspective un peu étrange…
Il faut savoir, pour la beauté de l'histoire, que "kami" en japonais, désigne les esprits de la Nature, mais aussi, étrangement, les cheveux. Les deux se situant généralement sur les sommets (la montagne pour les esprits, le crâne pour les cheveux). C'est la raison de leur homonymie.
La dame "pisse" donc, quand même sur les kami… mais ceux-là ne sont pas sacrés et c'est donc sans conséquence (sauf si le monsieur a une réaction indigne d'un bon époux…).
Humour japonais. :-D
Voilà. Bonne route à vous ! :-)

Écrit par : Anibé | 03/06/2013

La Licorne : j'ai lu ce livre de Jodo cet été, et étrangement et sans savoir pourquoi, c'est justement de cet extrait-là que je me souviens le plus !
Anibé : merci pour ces informations que j'ignorais et éclairent en effet l'histoire de manière inattendue !

Écrit par : lhomme au bois dormant | 03/06/2013

Les commentaires sont fermés.