Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2013

La Dame de Coeur

christine de pisan l'epitre Othea la déesse.jpg

 

Parfois, la Vie nous offre d’aventureuses et sublimes opportunités dont nous ne savons quoi faire. Une porte est ouverte, un chemin s’offre à nous, une nouvelle aventure nous attend, mais nous ne savons comment négocier la chose ; nous tergiversons, cherchons, tâtonnons, hésitons, spéculons, reculons… Parfois, nous trouvons la bonne entrée, parfois nous la trouvons mais trop tard, parfois nous nous enfuyons ; au mieux un peu lâche et honteux, au pire sans même se rendre compte de ce que nous avons raté.

Qui donc peut dire qu’il a su se saisir de toutes les perches tendues ? Et quand bien même cela serait le cas, cet opportunisme avide qui voudrait tout prendre en serait presque suspect… Il n’en demeure pas moins que la Vie est toujours plus grande que ce que nous sommes, que cela nous plaise ou non. Ainsi allons-nous, éternels boiteux ; une jambe tentant de s’assurer au mieux, l’autre chercheuse d’aventure ; l’une aimant les sols fermes, l’autre les fils tendus au-dessus des abîmes.

S’il n’était question que de courage, la chose serait claire. Mais parfois, tout simplement, nous ne trouvons pas quoi faire de ce qui se présente à nous. Notre raison n’est pas prête, nos cadres trop étroits, notre imagination défaillante. L’inspiration manque et voilà tout.

Ainsi comme cette image trouvée hier sur le net. Une de ces images que, sans l’avoir jamais imaginée, nous savons chercher depuis longtemps. Une image qui nous manquait confusément et qui soudain existe.

J’ai donc vu cette image. J’ai cherché quelques commentaires sur le net et n’en ai pas trouvés, sinon un, complètement stupide, affirmant que cette peinture serait une allégorie du besoin insatiable d’amour des femmes. Je ne sais quel est l’imbécile qui a écrit ça, mais je le plains. Ce qui est sûr, c’est qu’elle date du milieu de 14ème siècle et illustre à l’origine un livre d’une femme dénommée Christine de Pisan et qui s’avère être une des premières femmes écrivains et philosophes et de surcroît féministes de notre histoire… La peinture en question est intitulée « L’Influence de Vénus », elle illustre l’ouvrage « L’Epître d’Othéa » et est conservée à la B.N.F. Pour ma part, je l'ai rebaptisée "La Dame de Coeur".

Sur le coup, j’ai cherché, une citation, une inspiration, un texte à la hauteur de la chose, mais je ne les ai pas trouvés. D’où cette réflexion globale et cette déviation vers notre petitesse parfois devant l’inimaginable…

Les peintres du moyen-âge -en tout cas je le suppose- ne devaient pas disposer de milliards de références picturales. La duplication n’existait pas encore, pas plus qu’une connaissance encyclopédique des autres cultures du monde. La notion d’histoire existait-elle déjà dans l’occident chrétien du moyen-âge ? Sans doute dépositaire d’une culture historique et picturale chétive par rapport à nous, ainsi peignaient-ils en toute innocence, ce qui est devenu presqu’impossible de nos jours. Qui oserait peindre actuellement une chose pareille ? Sans doute pour cela que je suis si sensible à l’art du moyen-âge. Il ne se construisait pas sur de savants jeux référentiels. Sans doute un temps d’enfance et de saine ignorance… Si tant est que ces deux mots ne choquent personne.

Cette image est troublante. Elle semble un écho à une tapisserie de la même époque dénommée « L’Offrande du Cœur » et que j’utilise pour présenter un de mes spectacles (Le spectacle en question est vers le bas de la page). Des êtres humains, au sens propre offrent leur cœur à un être appartenant à un ciel constellé d’étoiles, et cet être n’est pas masculin (Dieu ou le Christ) mais féminin. Une sorte de féminin sacré nimbé d’étoiles dorées et constellé d’un bleu que l’on dirait de cathédrale. Le ciel y semble d’étoffe et de nuages, préférant la beauté d’un tissu à la transparence opalescente d’un vitrail. Les cœurs envoyés par ceux qui les offrent ne sont pas situés au niveau du cœur, mais du ventre. Un hymne à la gestation ? A l’énergie sexuelle ? A l’amour ?

Sans savoir pourquoi, c’est une image que j’aurais bien vue insérée dans le Tarot…

Il paraît que certaines images, symboles ou archétypes, ont le pouvoir d’agir sur la psyché. Et vois comme la chose est curieuse : je n’ai pas vraiment su quoi faire de cette image, mais par tout un jeu labyrinthique et mystérieux, elle m’a finalement poussé à m’interroger fortement sur certains aspects de ma vie. Comme si elle était dotée d’une force intrinsèque qui avait pouvoir de modifier la conscience, comme si elle avait le pouvoir d’irriguer notre psyché la plus profonde et finalement de nous renvoyer à une des rares questions qui vaillent vraiment : que fais-tu de ta vie ? Comme si l’absolu visionnaire qu’elle émanait venait réveiller en nous nos exigences les plus refoulées…

Commentaires

Tes trois premieres parties sont parfaites, elles se suffisent à elles mêmes, à mon goût, en ce matin, j'aime beaucoup

Écrit par : Laure | 16/05/2013

Oui, c'est sûr une image vaut mille mots...et une image symbolique...10000 ?
Nul ne pourra jamais dire la force qu'elles exercent sur notre inconscient...

J'ai cherché aussi et trouvé, accompagnant cette image, ce quatrain :

De Venus ne fais ta deesse
Ne te chaille de sa promesse.
Le poursuivre en est ravaleux
Non honnourable et perilleux.

Pas vraiment d'accord...je suis. Mais je suis une femme...n'est-ce pas... ;-)

Dans le même ouvrage de Christine de Pisan, on trouve une magnifique "roue de la fortune" :
http://pinterest.com/pin/548805904561753474/

Écrit par : La Licorne | 17/05/2013

Merci pour le lien la Licorne, j'en suis d'autant plus intéressé, que j'ai le projet depuis quelques temps dans ma rubrique "fictions tarologiques" d'y présenter quelques peintures ou enluminures datant du moyen-âge et dans lesquelles il est tentant de voir "les ancêtres" des images du Tarot que nous connaissons... C'est très troublant. Et je dois dire que votre "roue de fortune" je ne l'avais jamais vue nulle part avant ! Si ça se trouve vous avez fait une découverte !

Écrit par : l'homme au bois dormant | 18/05/2013

Les commentaires sont fermés.