Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2013

Fiction tarologique 4

le Soleil.jpg

(Tarot version "Camoin / Jodorowsky")

 

Lire le Tarot, c'est comme une énigme à déchiffrer, un mystère à éclaircir. Nous sommes face à des indices, des bribes, et nous devons reconstituer un puzzle qui se devra d'être cohérent avec le consultant et la Vie en général. Un peu comme lors de certains matins au réveil après un rêve qui nous a remué et que nous nous devons d'y trouver un sens. Dans ce cas, l'intuition est souvent plus importante que tous les savoirs. Des réponses possibles, à chaque fois, il y en a des centaines ; laquelle devrons-nous choisir ? Celle après laquelle nous nous sentons plus libres et soulagés, comme si une intelligence intérieure agissant au-delà de la simple raison discursive, savait ce qu'il en est et nous disait : "voilà, c'est ça !".

Parfois, les énigmes sont plus dérangeantes que d'autres, et dans ce cas, inutile de se dire que le Tarot s'est trompé (c'est l'erreur la plus fréquente au début), mais plutôt de se demander : "qu'est-ce que je n'ai pas compris ?". Et sache le : cela marche aussi dans la vie...

En tout cas, une énigme il y eut une et même deux -la même- sur deux jours se suivant (une confirmation de ma théorie suggérant que lorsque tu as quelque chose à comprendre, en général, la Vie se charge de te remettre le nez dedans jusqu'à ce que tu comprennes !)

Dans les deux cas, donc, l'arcane du Soleil est apparue dans un contexte étrange : une première fois en représentant la maladie de ma mère, une deuxième fois en représentant une grande amie à moi, qui vit en ce moment une période de doutes et de remises en cause.

Comment une arcane présentée comme celle du bonheur, de l'amour, de la joie, de la santé, de la chaleur, de la lumière, du lien rassurant des proches, comment une telle arcane peut-elle apparaître comme une maladie ou comme une personne en difficulté ?

Mystère et boule de gomme ! Diront certains...

Ça m'a travaillé cette histoire, et un bon moment ! Jusqu'à ce que, relisant le chapitre consacré à cette arcane dans "La Voie du Tarot", je lise une remarque qui jusqu'ici m'avait complètement échappée : les deux personnages de l'arcane, qui ressemblent à deux enfants, ont tous les deux un cercle rouge autour du cou (En tout cas dans cette version du Tarot, dans le Marseille "traditionnel" ils ont juste une marque non colorée).

Or, il se trouve qu'il y a deux autres arcanes dans lesquelles ces deux petits personnages apparaissent . Dans celle du Pape :

Le Pape.jpg

 Et dans celle du Diable :

Le Diable.jpg

(Clique sur les images pour les agrandir)

Le Tarot est un chemin, une progression sur un chemin de réalisation et d'accomplissement. Dans cette logique, il importe de passer par chacune des étapes, et dans celle du Diable (l'Arcane de la plongée dans l'obscurité de l'inconscient et de l'instinct, mais aussi celle du corps, de l'énergie créative extrême et de la sexualité) ils sont attachés par... une corde autour du cou ! Oh, il serait facilement possible pour eux de s'en défaire (à moins d'imaginer un sortilège il n'y a pas de noeud), mais ils ne le font pas dans l'immédiat. Ils le feront après, mais... garderont la trace de cette dépendance, de cet attachement, comme une brûlure indélébile.

Le Soleil est à la fin du cycle, après lui, il y a le Jugement (qu'à notre époque il serait plus compréhensible selon moi d'appeler "L'Eveil" et Le Monde qui est l'arcane de l'accomplissement et de la réalisation.

Alors que signifiait Le Soleil à ces endroits-là du tirage ?

Concernant la maladie, il disait que le plus dur était passé, que l'épreuve du Diable dans les profondeurs de la souffrance du corps était en voie de s'achever, qu'il y aurait une amélioration (ce qui s'est avéré vrai) ; dans l'autre, il disait que l'amie en question -malgré sa peine- avait déjà fait le plus lourd, le plus dur ; et que bientôt, elle récolterait les fruits de tout le processus de compréhension et de libération qu'elle avait mis en oeuvre... Elle était entrée dans la lumière et la chaleur, elle était encore apeurée, un peu craintive, mais dans peu viendrait le temps de l'Eveil et de la réalisation.

Je sais, tout cela fait un peu Hercule Poirot au pays du Tarot. Mais je te l'ai dit : le Tarot est un jeu. Un jeu métaphysique à prendre au sérieux mais avec légèreté... Comme la Vie quoi !

(Ce texte est dédié à l'amie concernée qui se reconnaîtra...)

Les commentaires sont fermés.