Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2013

Fictions tarologiques 1

sirène (4).JPG

Si Reine...

 

Parfois, il suffit d'un mot qui nous manque pour qu'une compréhension ne puisse se développer dans toute sa grandeur.

Depuis que tu viens rôder par ici, tu connais ma réflexion autour de la fiction (il faudrait un jour où j''ai du temps, que je regroupe les textes la concernant en une seule catégorie) et qui revient à dire que tout est fiction, absolument tout ; et que ce qui caractérise l'être humain, ce n'est pas le rire ou la manipulation d'outils, mais tout simplement le fait que nous inventons des fictions. Pour reprendre un exemple qui n'est pas de moi mais de Nancy Huston dans "L'Espèce Fabulatrice", on n'a jamais vu une femelle gorille demander à son "mari" rentrant le soir : "Alors c'était comment ta journée aujourd'hui ?".

Que ce soit en psychologie via les travaux de Cyrulnik ; en littérature, via le livre de N. Huston dont il est question ci-dessus ; dans la pratique bouddhiste (car chercher une vision au-delà de l'égo revient essentiellement -mais pas seulement- à détricoter l'ensemble des discours que l'on se raconte) ; et même dans les dernières recherches des neurosciences sur le fonctionnement du cerveau : tout revient à interroger notre machine fictionnelle et à poser quelques questions de base comme : quelle histoire suis-je en train de me raconter en ce moment ? Est-elle compatible avec ce que je peux observer ? Est-elle une bonne histoire pour moi et mes proches ?

Pour très vite commencer à comprendre que nous nous racontons bien souvent des histoires bidons et toxiques qui entretiennent tout un système de croyances ou d'injonctions scénaristiques familiales qui nous détruisent peu à peu. Chaque époque aussi se fabrique une fiction qu'elle aime à se raconter (voir la théorie du "Storytelling" dont abusent politiciens et publicitaires) et bien souvent pour le meilleur mais surtout pour le pire...

Et puis, hier, j'ai participé à une après-midi de stage animée par Marianne Costa (entre autre la co-auteur avec Jodorowsky de "La Voie du Tarot") autour de "conte et tarot".

Tu sais probablement que je suis conteur, mais sans doute moins que depuis plus de dix ans, j'étudie le Tarot de Marseille. En autodidacte certes, mais très assidûment ; et ce fut absolument passionnant. C'était la première fois que je quittais mon statut d'autodidacte pour celui de stagiaire.

Je serais incapable de te rendre compte de tout ce qui a été dit en plus de 4 h, mais si je t'en parle c'est parce qu'incidemment mais avec fulgurance, j'y ai justement entendu un ou deux mots qui me manquaient pour tout mettre en place.

Tout d'abord dire que le Tarot est lui-même une magnifique machine fictionnelle contenant toutes les fictions du monde condensées en 78 cartes. Un peu comme le livre de Queneau "Mille Milliards de Poèmes" qui par un jeu de combinatoires contient en quelques pages des milliers de poèmes potentiels. Un Jeu métaphysique avec lequel il faut accepter de jouer.

Et puis, au détour de l'après midi, cette expression : "fiction réparatrice".

Ainsi donc le voici le concept qui me manquait ! Le lien, la trame, entre mon travail de directeur culturel, mon travail de conteur, celui d'écrivain, mon étude du Tarot, la pratique du bouddhisme zen d'abord, puis ensuite tibétain... "La fiction réparatrice" : le fil d'Ariane, le sens même de "ma mission" en cette vie. La fiction est là pour réparer ce qui a été défait. La fiction est là pour recoudre, pour ravauder, pour définir un nouveau chemin, pour ouvrir des espaces, pour se libérer de nos cages.

A chaque fiction malade que se raconte un être, doit exister une autre fiction qui pourrait le guérir de la première.

C'est pour cela que j'aime raconter des histoires, que j'aime tirer le Tarot, que j'aime programmer certains spectacles : c'est dans cet espoir que dans la proposition faite quelqu'un trouve soudain une fiction nouvelle à laquelle il n'aurait jamais pensé et ainsi change sa vie, ou plus simplement, se reconnecte à lui-même et à la Vie.

Cette après midi de stage est, entre autre, venu conclure un processus visant à me faire assumer ma pratique du Tarot et donc à la partager. J'ai donc décidé de créer sur ce blog des "fictions tarologiques". Non pas des cours de Tarot (je n'en suis pas là !), mais des réflexions, des pistes, des étonnements, des jeux... Car le Tarot est un avant tout -comme la Vie- un Jeu !

Et moi j'ai enfin trouver le mot qui me manquait pour que tout se mette en place...

PS : Et merci à Nathalie Leone et à sa "Huppe Galante" d'avoir eu l'idée d'organiser cette après midi là !

Commentaires

Et pour moi qui découvrait le Tarot, du moins sous cette forme, c'était tout aussi passionnant ...

Écrit par : Christine | 24/03/2013

Très intéressant...on attend avec impatience tes "fictions tarologiques"...

Écrit par : La Licorne | 27/03/2013

Les commentaires sont fermés.