Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2013

Honni soit qui mal y plante

là haut lit.jpg

Photo : Jack Gescheidt

 

Il arrive parfois, très rarement, que la rumeur du monde qui nous parvienne nous enchante plutôt que de nous exténuer. Ainsi ce numéro de Sciences et Vie daté du mois de mars et qui titre en couverture : "Plantes : elles sont intelligentes !".

Tu y apprendras donc en lisant l'article en question, qu'au cours de ces dernières années, et en fonction d'un mouvement allant en s'amplifiant, la physiologie végétale fait des progrès phénoménaux allant jusqu'à remettre en question toute notre vision du végétal.

Ainsi, plus de 700 sortes de capteurs sensoriels ont été recensés chez les plantes : mécaniques, chimiques, lumineux, thermiques... et le plus souvent plus sensibles que les nôtres. Les plantes s'envoient des messages à elles-mêmes d'une branche à l'autre, "parlent" à leurs congénères alentour, savent convoquer les insectes prédateurs de leurs agresseurs, mais ont aussi... un comportement social ! Elles distingues soi du non-soi, les membres de leur espèce des autres, et rivalisent plus ou moins avec leurs voisines en fonction de leur degré de parenté... Certains chercheurs allant même jusqu'à parler de familles ou de tribus, mais aussi de "cognition végétale", voire d'intelligence végétale, concept on s'en doute qui divise fortement la communauté scientifique.

Tu apprendra aussi dans cet article que les arbres ont une "conscience" de leur structure et que les cellules qui constituent son tronc s'allongent et se ramassent en permanence pour corriger sa posture. Comme le dit un chercheur : "les arbres ne poussent pas seulement : ils de meuvent pour s'adapter à leur environnement". Mais les arbres possèdent aussi le sens de l'équilibre ; on sait maintenant que les arbres perçoivent la forme de leur corps et savent corriger certaines inclinaisons pour éviter la casse ou la chute. Que le tremble est doué de mémoire et "se souvient" d'un coup de vent pendant une semaine... Que le tabac a la capacité incroyable, lorsqu'il est attaqué par une chenille, de secréter alors un sucre particulier dont la chenille raffole, mais qui une fois consommé donne à la chenille une odeur particulière qui attirera son prédateur, à savoir une espèce de punaise !

Tu en veux encore ? Alors en voici :

Le tabac peut secréter 950 composés dont on ne connaît pas encore tout mais qui semblent de prodigieux outils pour assurer la survie de la plante devant nombre de dangers. Entre autre, un de ces composants permet d'appeler à la rescousse des punaises lorsque les chenilles arrivent... Le concombre a un sens du toucher qui fait passer nos doigts pour de grossiers instruments sans finesse, la cuscute a le sens de l'odorat et le maïs a le sens de l'ouïe ! Certains chercheurs pensent que les arbres seraient capables de produire certains sons, sans que toutefois que cela n'ait encore été prouvé.

Mais le plus fascinant est sans doute la vie sociale des plantes. On sait depuis trente ans que les arbres savent s'envoyer des messages gazeux pour prévenir d'un danger, voire à secréter alors un poison dans leurs feuilles. Mais on a découvert récemment que le trèfle par exemple avait "l'esprit de famille" et sait reconnaître si un voisin est de la même espèce modifiant alors ses stratégies racinaires. Mais le plus fascinant est sont doute la solidarité dont font preuve certaines espèces : on a ainsi pu observé que les vieux pins "maternent" les plus jeunes en distribuant grâce à leurs résaux racinaires les flux nutritifs prioritairement vers les plus jeunes pousses. Ce partage est rendu possible par la présence d'un champignon dont on soupçonne un rôle très important : les mycorhizes. Ceux-ci en reliant les extrémités des racines les unes aux autres seraient à même de transmettre certains messages.

Tout ça pour dire que notre vision du végéral est entièrement à repenser. Si l'on a pu constater que les végétaux ont conscience de leur forme, ont un comportement social, sont capables de mettre en place des stratégies incroyablement sophistiquées, on ignore absolument comment cela est "possible". Certains vont jusqu'à parler d'un "cerveau" (je mets entre guillemets avec toutes les précautions d'usage) des plantes. "Les plantes sont des êtres fixés, incapables de fuir. Par conséquent, elles ne construisent pas d'organes... Elles respirent sans poumons, détoxifient sans foie, digèrent sans intestin... et ont une intelligence sans cerveau !". "Elles font preuve de  processus de plus en plus proches de ceux du monde animal : une communication électrique complexe, des capacités de reconnaissantes sophistiquées, un langage chimique très élaboré, l'utilisation de sens que nous ne soupçonnions pas jusqu'ici (ouïe, odorat...) et sans doute encore des choses que nous ignorons totalement". Un iconoclaste, malgré tout un ponte de la recherche, allant même jusqu'à affirmer : "les plantes ne sont finalement rien d'autre que des animaux très lents". Et si ta première réaction était de te dire : "mais ils sont fous !", sache que le riz a deux fois de gènes que l'homme, et que les plantes représentent à elles-seules 99 % de la biomasse du vivant...

En lisant cet article, je te l'avoue, j'avais les larmes aux yeux. Je venais de passer une journée à m'occuper de ma mère très souffrante et diminuée, et d'un seul coup, c'était comme un miracle qui entrait dans la pièce. J'aime ces découvertes qui réenchantent le monde. Et je me dis aussi autre chose : toutes ces passionnantes découvertes ont été faites grâce aux progrès fulgurants des technologies humaines et à l'invention de nouveaux outils d'observation comme la chromatographie en phase gazeuse. Ce qui revient à nous rappeler que ce nous percevons du monde est limité par nos outils (aussi bien mentaux et physiologiques que technologiques). Plus nous élargissons et développons nos outils de perception du monde et plus celui-ci nous sera proche et compréhensible ; vaste et disons-le : magique.

Plus les choses vont, plus on confirme -et prouve, que la nature et le vivant sont infiniment plus complexes et connectés que ce nous pouvions imaginer ; et que beaucoup d'intuitions très anciennes sont tout à fait valides : rien n'est séparé, tout communique et tout est relié. Et ce n'est pas parce qu'une chose n'est pas scientifiquement prouvée qu'elle n'est pas pertinente pour autant. L'intuition humaine est aussi (pas le seul évidemment !) un outil de connaissance.

Je fais le pari qu'un jour pas si lointain, -si l'homme n'a pas tout détruit avant- de nouvelles lois, un nouveau paradigme vont voir le jour : un paradigme dans lequel l'homme n'est qu'une partie d'un tout qu'il se doit de respecter et avec lequel il se devra de négocier d'égal à égal...

Commentaires

En fait on reviendra à être animistes...les outils de mesure, la découvertes de théorèmes et de lois scientifiques nous ont restreint pour faire comme des St Thomas...et bien tant mieux si on découvre le reste...je dirai même ENFIN!

A la lecture je me disais aussi : ils vont être embêtés les végétariens.

Mais le plus important dans tout ceci c'est ta Maman. j'espère qu'avec l'arrivée du printemps (je sais il a du mal à s'installer) elle ira mieux.

Écrit par : flo | 14/03/2013

Dominique,

vous pourriez aimer aussi ces articles qui remettent en question nos représentations usuelles :
http://www.inrees.com/articles/Des-plantes-qui-enseignent-aux-humains/
http://www.inrees.com/articles/Quand-les-plantes-ressentent-nos-intentions/
:)

Écrit par : Tanakia | 14/03/2013

OUah j'adore, je vais essayer de lire ce numéro !

Écrit par : Laure | 21/03/2013

Les commentaires sont fermés.